Eliza and Her Monsters

eliza-greenwillow-books

Au mois d’août, je suis allée pour la première fois au Quartier Dix30 avec une amie. Bien évidemment, il fallait s’arrêter à la librairie Indigo. On y est même allée deux fois. Une fois pour flairer le périmètre un peu et la deuxième fois, pour faire des achats réfléchis. À peine quelques minutes après être entrées, la pluie a commencé et il a été rapidement impossible de mettre un pied dehors. À mon plus grand bonheur. Finalement, mon choix s’est arrêté sur Eliza and Her Monsters, dont mon amie Sandrine m’avait parlé et que j’avais vu sur la chaîne YouTube de A Clockwork Reader.

Eliza and her Monsters raconte l’histoire d’Eliza, une jeune fille solitaire qui préfère de loin rester chez elle, recluse, à travailler sur son web comic Monstrous Sea qui comptabilise plus d’un million de lecteurs. Durant l’année scolaire, un nouvel élève transfert dans son école : Wallace. Ce dernier s’avère être un des plus grands fans du web comic d’Eliza, même qu’il en a fait une fanfiction qui compte elle aussi plusieurs lecteurs. Le seul hic, Eliza ne souhaite pas lui réveler qu’elle est l’auteure de Monstrous Sea. Ses deux personnages vont tranquillement s’apprivoiser tout en plongeant dans l’abîme, les yeux fermés.

J’ai commencé ce livre un soir d’août vers 21h. Et je l’ai terminé le lendemain, vers 19h. Ces vingt-quatre heures, je les ai passées obnubilées par cette histoire et ces personnages. Je me souviens avoir trouvé pénible de devoir sortir de la maison pour faire des courses parce que ça signifiait que je devais arrêter de lire. Il y a de ces livres qu’on souhaite lire lentement pour les faire durer, Eliza and Her Monsters fait parti d’une autre catégorie: il est l’un de ces livres, pour moi, qu’on ne peut tout simplement pas arrêter de lire. Tout de cette histoire m’a envoûté. Eliza est une jeune fille en qui je me suis complètement retrouvée : elle préfère la solitude à la compagnie des autres, elle est passionnée d’arts et, surtout, elle a peur de prendre la place qui lui revient.

I learned years ago that it’s okay to do this. To seek out small spaces for myself, to stop and imagine myself alone. People are too much sometimes. Friends, acquaintances, enemies, strangers. It doesn’t matter; they all crowd. Even if they’re all the way accros the room, they crowd. I take a moment of silence and think: 
I am here. I am okay.

Wallace, tant qu’à lui, est tout simplement adorable : il est attentionné envers Eliza et ne souhaite pas la brusquer. Il fait parti de ces anges qui gravitent doucement sur la Terre et auxquels il faut savoir s’agripper au bon moment : un clignement de yeux, ils ne sont pas encore là; un autre et ils sont déjà partis. J’ai rêvé avec ces deux-là, j’ai appris à les connaître sans pouvoir m’empêcher de les aimer et maintenant que j’ai refermé leur histoire, il y a un vide dans un coin de mon coeur. Mais aussi une certaine plénitude de savoir que ça existe, des gens comme Eliza et Wallace et qu’ils ont droit à leur histoire, eux aussi.

It makes no earthly sense how another person can do this. Not even with words, just touches. Just looks. He just looks at me and I feel simultaneously like myself and someone else, like I’m here and I’m not, like everything and nothing.

Je suis désolée si cette chronique est un peu brouillon et pêle-mêle, mais je pense que je n’arriverai jamais à trouver les mots adéquats pour parler de ce livre. Il est… Il est tout ce dont je peux demander à un livre d’être. Il est tout.

cropped-separateur.png

31931941In the real world, Eliza Mirk is shy, weird, and friendless. Online, she’s LadyConstellation, the anonymous creator of the wildly popular webcomic Monstrous Sea. Eliza can’t imagine enjoying the real world as much as she loves the online one, and she has no desire to try.
Then Wallace Warland, Monstrous Sea‘s biggest fanfiction writer, transfers to her school. Wallace thinks Eliza is just another fan, and as he draws her out of her shell, she begins to wonder if a life offline might be worthwhile.
But when Eliza’s secret is accidentally shared with the world, everything she’s built-her story, her relationship with Wallace, and even her sanity- begins to fall apart.

COUP DE COEUR 

ZAPPIA, Francesca, Eliza and Her Monsters, New York, HarperCollins, 2017.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s