Un conte de fées sanglant

alice-benjamin-lacombe-illustration-e1450054018820

logo-defi-12-mois-bicolore-orange-fuchsiaPour le défi « 12 mois, 12 amis, 12 livres », je devais lire Aliss durant le mois de juin. C’est maintenant chose faite et je dois dire que jusqu’à présent, le défi que je me suis lancée n’est pas du tout une corvée et qu’à chaque mois, je fais une belle découverte !

Pour ce qui est d’Aliss, c’est vrai que j’avais de fortes appréhensions. N’ayant jamais lu de livres de Patrick Sénécal, mais sachant un peu ce qu’il écrit, j’avoue que j’avais un peu peur. J’ai pris mon courage à deux mains et finalement, ce livre m’a bien surprise !

Aliss raconte l’histoire d’une jeune fille qui quitte la banlieue pour aller vivre dans la grande ville de Montréal. Là-bas, elle découvrira un monde très particulier avec des personnages qui font froid dans le dos. Elle fera tout pour se rendre au bout de sa quête, mais que cherche-t-elle au juste ? Il serait important de commencer par là…

Alice est une jeune fille intelligente qui essaie constamment de repousser ses limites. En débarquant à Montréal, elle semble être en pleine crise de rébellion contre tout le monde. Cet aspect m’a un peu dérangée parce que ça faisait too much. Elle cherche à contredire tout le monde et elle n’en fait qu’à sa tête; elle n’arrive pas à reconnaître ses torts. Forcément, ça finit par être un peu énervant. J’aurais aimé qu’elle reconnaisse qu’elle ne peut pas toujours avoir raison. Ça l’aurait fait grandir je pense.

L’histoire en elle-même est assez trash. Je ne veux pas entrer dans les détails, parfois il est bon de ne pas trop en savoir. Sachez juste qu’avec Patrick Sénécal, il faut s’attendre à tout et même là, il arrive encore à nous surprendre. Par contre, je dois admettre que tout ce qui est trash et vulgaire ne me plaît pas tellement, alors même si j’ai su apprécié l’histoire, ce petit côté du livre m’a fait grincer des dents. J’ai également bien apprécié sa plume; elle est très fluide et son langage est varié.

Ce qui m’a fascinée durant ma lecture, c’est à quel point elle est addictive. Le roman fait un peu plus de 500 pages et je l’ai lu en moins de trois jours. Le pire, c’est que c’est une lecture plutôt malsaine, si on y pense…

Et puis, la référence à Alice au pays des merveilles est très bien présentée au lecteur. On se croit presque dans l’histoire de Lewis Carroll avec ces personnages et ce monde qui nous rappellent la version originale.

Finalement, je me rends bien compte que je n’ai pas vraiment de commentaires négatifs à propos de ma lecture, si ce n’est qu’à propos du personnage d’Alice et de la vulgarité de l’histoire. Je pense même qu’il serait possible que je lise un autre livre de l’auteur dans le futur. Qui sait? Peut-être si on me lance le défi une deuxième fois…

cropped-separateur.png

4314-gf

Il était une fois…

… Alice, une jeune fille curieuse, délurée, fonceuse et intelligente de Brossard. À dix-huit ans, poussée par son besoin d’affirmation de soi, elle décide qu’il est temps de quitter le cégep et le cocon familial pour aller vivre sa vie là où tout est possible, c’est-à-dire dans la métropole.
À la suite d’une rencontre fortuite dans le métro, Alice aboutit dans un quartier dont elle n’a jamais entendu parler et où les gens sont extrêmement bizarres. Mais c’est normal, non? Elle est à Montréal et dans toute grande ville qui se respecte, il y a plein d’excentriques, comme Charles ou Verrue, d’illuminés, comme Andromaque ou Chess, et d’êtres encore plus inquiétants, comme Bone et Chair… 
Alice s’installe donc et mord à pleines dents dans la vie, prête à tout pour se tailler une place. Or, elle ne peut savoir que là où elle a élu domicile, l’expression « être prêt à tout » revêt un sens très particulier… 

★★★☆☆

SÉNÉCAL, Patrick, Aliss, Québec, Alire, 2000, 518 p. 

Publicités

2 réflexions sur “Un conte de fées sanglant

  1. Je l’ai vu dans une nouvelle édition sublime mais trop cher pour le moment alors j’attends. Les réécritures d’Alice au pays des merveilles me fascinent car c’est l’un de mes ouvrages préférés, unique, qui a bercé mon enfance et mon adolescence. Comment ça cette lecture est malsaine ?

    J'aime

    • Oui je pense que je l’ai vue, elle est superbe !! Je dis que la lecture est malsaine, parce que on assiste à beaucoup de choses très vulgaires comme des orgies, de la torture, des nécrophiles… enfin, toutes des choses pas très chouettes et pourtant, la lecture est tellement addictive qu’on lit sans jamais s’arrêter presque ! ahaha mais je pense que c’est pas mal la même chose pour tous les livres de cet auteur.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s