Demain, j’arrête ! de Gilles Legardinier

13020305_10207938133764206_1686133778_n

En cette douce soirée du mois d’avril, alors que tous mes travaux sont terminés, je peux enfin m’installer pour vous parler d’un roman qui m’a fait passé un excellent moment.

« Et vous, quel est le truc le plus idiot que vous ayez fait de votre vie ?
Au début, c’est à cause de son nom rigolo que Julie s’est intéressée à son nouveau voisin. Mais très vite, il y a eu tout le reste : son charme, son regard, et tout ce qu’il semble cacher… Parce qu’elle veut tout savoir de Ric, Julie va prendre des risques de plus en plus délirants… »

Lorsque j’ai aperçu ce roman dans l’une des étagères de la bibliothèque, j’ai carrément sauté dessus. J’ai beaucoup entendu parlé de ce livre et il me tardait de me construire mon propre avis.

Demain, j’arrête ! raconte l’histoire de Julie, une célibataire endurcie, qui vit une vie assez monotone. Elle occupe un emploi qu’elle déteste, elle vit seule et elle se regroupe avec ses amies célibataires à chaque mois pour parler de problèmes de cœur. Soudain, tout change lorsqu’elle réalise qu’il y a un nouveau locataire dans son immeuble. Elle est prête à tout, et je dis bien tout, pour le rencontrer et pour attirer son attention. Dès ce moment, Julie change complètement et commence à prendre des risques. Elle n’a peur de rien pour arriver à séduire le beau et mystérieux Ric…

Le point fort de ce roman est sans aucun doute le personnage principal, Julie. Elle est drôle, maladroite et déterminée. J’ai aimé la voir grandir en même temps que sa relation avec Ric évoluait. Toutefois, il est vrai qu’au début, je me suis inquiétée… J’avais l’impression d’avoir à faire à une gamine : elle aperçoit un garçon dans les escaliers et elle est persuadée qu’il est fait pour elle. Ça m’a refroidi un peu, mais avec le temps, Julie comprend aussi que ce n’est pas normal de s’emballer aussi rapidement pour un homme qu’elle connaît à peine. J’ai aimé Julie pour son côté honnête et pour sa joie de vivre qui remplit ce livre de bonheur.

« Tu sais, Julie, j’ai eu plus de mecs que toi. Je vais te confier un secret que je n’ai jamais dit à personne et que j’ai même du mal à admettre moi-même. Toutes ces relations, toutes ces histoires ne m’ont rien appris. Elles m’ont juste coûté mes illusions et l’innocence avec laquelle on se lance toutes. […] Quand on s’est rencontrées, je te trouvais vieux jeu avec tes principes pendant que moi je m’envoyais tout ce qui se passait. Le seul mec sérieux que je t’ai connu, c’est Didier, et je n’ai toujours pas compris comment une fille aussi futée que toi a pu se faire rouler à ce point par ce crétin. Mais tu y es allée en toute innocence. C’est peut-être ça le secret du bonheur. Aujourd’hui, je te vois parler de ce Ric comme je n’ai jamais été capable de parler d’un de mes mecs. Je ne sais pas grand-chose, mais j’ai au moins compris un truc sur cette terre. Le vrai miracle, ce n’est pas la vie. Elle est partout, grouillante. Le vrai miracle, Julie, c’est l’amour. »

L’histoire en elle-même n’est pas exceptionnelle, puisqu’il s’agit principalement d’une histoire d’amour. Cependant, le lien qui unit les personnages est si fort que c’en est beau à voir. Sophie et Xavier, les deux meilleurs amis de Julie, sont prêts à n’importe quoi pour elle et ça m’a touchée de voir à quel point un lien d’amitié peut être fort entre deux personnes. Ces amitiés m’ont un peu rappelé celles dans Et puis, Paulette de Barbara Constantine : on ne peut qu’être touché par ces personnages qui tiennent si fort les uns aux autres.

Quelque chose qui m’a bien surprise en lisant ce roman est que l’auteur soit un homme, alors que son personnage principal soit une femme. Je m’explique. Le roman est écrit à la première personne et si je n’avais pas su que l’auteur était un homme, j’aurais sans aucun doute cru que ce roman est écrit par une femme. La justesse des pensées, l’exactitude des détails, tout est bien fait. Blague à part, je ne pensais pas qu’un homme pouvait lire aussi bien dans la tête d’une femme !

Bref, vous aurez compris que ce livre est un petit bonheur à lire. Même s’il fait près de 400 pages, je l’ai lu en à peine deux soirées tellement les pages défilaient sans que je ne m’en rende compte. Si vous avez envie d’un roman sans prise de tête et léger, vous ne serez pas déçu avec celui-ci.

★★★☆☆

Demain, j’arrête ! de Gilles Legardinier, publié en 2011 chez Pocket. 397 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s